Les bases de la plomberie

La plomberie est une discipline qui impressionne souvent ceux qui débutent dans ce domaine. Pourtant, il s’agit d’un ensemble de travaux qui sont pour la plupart accessibles à tout le monde. Et même si vous êtes trop occupé pour rénover votre plomberie, cet aspect de votre maison mérite bien que vous vous y attardiez. Mais qu’entend-t-on par plomberie ? Les connaisseurs diront que le terme « plomberie » vient du mot « plomb », le matériau à l’origine très prisé dans ce domaine mais dorénavant interdit pour plusieurs raisons. Voici un tour d’horizon sur les bases de la plomberie.

Les composants de base de la plomberie

En construction comme en rénovation, la plomberie est un aspect important de la maison, pour la simple raison qu’elle assure des fonctions diverses pour les installations sanitaires et l’alimentation en eau. Plus concrètement, la plomberie regroupe tous les éléments du « second œuvre » qui vont contribuer à la finalisation de la construction, allant de l’isolation jusqu’au chauffage, en passant par les revêtements et la ventilation. Ainsi, une installation de plomberie requiert le recours à divers composants, comme le compteur d’eau, la tuyauterie, les raccords, les joints, les vannes et les divers accessoires.

Le compteur d’eau

Apparu en France au début du 19ème siècle, le compteur d’eau sert à mesurer la consommation d’eau d’une installation de plomberie. Elle permet alors d’évaluer la quantité consommée et de contrôler les coûts de l’alimentation en eau nécessaire à une habitation.

À l’origine, les bâtiments étaient équipés essentiellement de compteurs principaux qui permettent d’évaluer leur consommation globale en eau. Mais dans les copropriétés, on utilise de plus en plus de compteurs divisionnaires pour permettre à chaque ménage de gérer individuellement son eau. Qu’il soit principal ou divisionnaire, le compteur d’eau est généralement équipé d’un robinet d’arrêt pour couper l’arrivée de l’eau, et d’un clapet anti-retour pour empêcher la pollution de la tuyauterie.

Le système de canalisation

L’alimentation et l’évacuation d’eau dans la plomberie nécessite toujours un réseau de canalisations, lequel est composé de la tuyauterie, des raccords et des divers joints.

La tuyauterie

La tuyauterie est un élément incontournable de la plomberie car elle assurera l’alimentation en eau et l’évacuation des eaux usées. Différents matériaux de tuyauterie peuvent être utilisés en fonction des besoins : la tuyauterie en cuivre recuit s’utilise généralement à tous les niveaux du réseau, tandis que la tuyauterie en PVC (qui remplace le plomb) est nécessaire pour l’évacuation des eaux usées. Il existe également des tuyaux PER (Polyéthylène) qui peuvent remplacer la tuyauterie en cuivre, sans oublier la tuyauterie multicouche, bien connue pour son étanchéité supérieure. Dernièrement, nous avons vu également la tuyauterie sans soudure, qui utilise le PVC, ainsi que la tuyauterie flexible qui sert en particulier pour les évacuations d’eaux difficiles.

Les raccords de tuyauterie

Bien entendu, la tuyauterie à elle seule ne suffit pas pour assurer l’alimentation et l’évacuation des eaux. En effet, ce sont les raccords qui permettront à tous les tuyaux de se relier entre eux et aux robinets et vannes. Le type de raccord utilisé devra dépendre du type de tuyauterie : pour relier entre eux deux tubes de cuivre, il est nécessaire d’opter pour un raccord en cuivre. De même, le raccord à sertir convient en particulier aux tubes multicouches et à la tuyauterie de type PER. De son côté, le raccord en PVC peut être utilisé sur tout type de tuyauterie, mais il nécessite l’utilisation de colle.

Les joints

De même que les raccords, les joints sont des éléments indispensables dans toute installation de plomberie. En effet, ce sont ces embouts qui assureront l’étanchéité des canalisations. Là encore, il existe différents types de joints : les joints en fibre assurent l’étanchéité de la robinetterie et des raccords mécaniques, tandis que les joints toriques seront nécessaires pour l’étanchéité de l’intérieur de la robinetterie. Pour l’assemblage des tubes en plastique, on optera pour les joints plats en caoutchouc. Enfin, il existe des joints en kevlar qui seront privilégiés pour les réseaux de conduits de gaz et vapeur.

Les vannes

En plomberie, les vannes sont incontournables dans la mesure où elles servent à contrôler le débit de l’eau tout au long du système de canalisation. Ainsi, elles permettent d’isoler temporairement une partie de la canalisation afin de permettre une intervention en cas de fuite. De plus, elles permettent d’effectuer une intervention pour la protection des différentes parties de canalisations en cas de gel. Il existe différents types de vannes que l’on utilise sur des canalisations domestiques ou industrielles : vanne d’arrêt, vanne d’isolement, disconnecteur, vanne papillon ou encore électrovanne pour le chauffage (pour en savoir plus à ce sujet c’est par ici).

Comment faire une intervention sur sa plomberie ?

Dans le cadre d’une petite intervention de plomberie, il est tout à fait possible pour un simple bricoleur de réaliser des réparations, à condition de disposer de quelques outils adaptés à l’intervention : clés à molette, jeu de joints, téflon, clé de lavabo… En fonction de la panne, il arrive que l’on doive remplacer un élément de la tuyauterie voire la robinetterie, en privilégiant les modèles en inox ou en PVC. Bref, le propriétaire d’une maison ou d’un appartement peut tout à fait intervenir lui-même en prenant soin de stopper l’arrivée d’eau principale, au moyen de la vanne d’arrêt. Mais si le fait de changer un robinet, un tuyau ou un joint de robinet est parfaitement à la portée de tout le monde, certains travaux de remplacement doivent nécessairement faire intervenir un plombier professionnel :

  • soudure d’un joint ;
  • détartrage ;
  • réalisation d’une brasure ;
  • rénovation de baignoire ;
  • nettoyage de brise-jet…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *