Utiliser un sécateur électrique

Quiconque a déjà souffert d’un problème de bras connaît exactement l’état douloureux et persistant connu en médecine sous le nom de RSI (blessures dues à des séquences de mouvements fréquemment répétés). Même le plus petit mouvement peut causer des dommages extrêmes et durables aux muscles, tendons et nerfs, s’il est répété des milliers de fois. Si le bras de la souris résulte de l’utilisation d’ordinateurs, l’équivalent pour les viticulteurs et les fruitiers, qui doivent tailler d’innombrables branches et pousses, est le « bras de cisaillement ». Afin de contrer le risque de blessures dues à des mouvements répétés et de soutenir les muscles, de nombreuses personnes utilisent aujourd’hui des cisailles motorisées. Le modèle Pony du fabricant italien Campagnola est un appareil particulièrement léger et de faible puissance qui fonctionne avec un micromoteur C.C. FAULHABER afin d’offrir le meilleur rendement au poids le plus faible.

Chaque vigne peut faire des dizaines de sarments par an, mais seulement un ou deux sont nécessaires à la production de vin. Toutes les pousses redondantes sont coupées directement à la racine et les pousses restantes sont taillées, ce qui signifie au moins une coupe par pousse. Chaque hectare contient entre 5.000 et 10.000 pieds de vigne, ce qui signifie qu’environ 100.000 coupes par hectare doivent être faites seules dans la viticulture. Cela s’applique à la culture fruitière. Même les petits arbres, comme ceux que l’on trouve normalement dans l’agriculture intensive, doivent être taillés et taillés des centaines de fois. La qualité du fruit et du vin dépend fortement des techniques de coupe correctes. (comment choisir un sécateur électrique: secateur-electrique.top )

Chaque coupe, qui est placée avec de simples sécateurs, demande un effort considérable de la part des bras et des mains et entraîne des symptômes de fatigue après un certain temps. Le risque de contracter des RSI est extrêmement élevé, en particulier pendant la phase de coupe. Afin d’éviter cela, les fabricants d’appareils ont développé des sécateurs mécaniques dès que les exigences techniques étaient disponibles. Au début, les systèmes pneumatiques étaient la seule solution mécanique – aujourd’hui encore, on peut entendre le bruit des compresseurs dans les vignobles en automne et en hiver.

Les batteries remplacent les compresseurs.
Un tuyau d’air comprimé de plus de 100 mètres de long sous pression est nécessaire pour transférer la force dans les cisailles du vigneron. Alors que les cisailles pneumatiques sont toujours la technologie optimale pour couper des branches fortes, la manipulation est problématique, en particulier dans la viticulture. C’est parce que les viticulteurs doivent redescendre au compresseur après avoir terminé la taille d’un rang et qu’il doit être repositionné avant qu’ils puissent continuer avec le rang suivant.

Il n’est devenu possible de remplacer l’air comprimé par de l’énergie électrique qu’en utilisant des batteries lithium-ion légères. Cela permet aux viticulteurs de faire simplement le tour du coin et de se déplacer de haut en bas dans les rangées sans limitation. Les cisailles électriques sont connectées à la batterie qui est normalement fixée sur le tapis du vigneron avec un câble court tandis que les moteurs électriques sont intégrés dans les poignées de la cisaille et appliquent la force nécessaire. « Pendant la saison de coupe, l’opérateur doit souvent utiliser les cisailles sans relâche pendant des semaines « , explique Patrizio Pellicanò, directeur technique de Campagnola. « Cela signifie que l’opérateur doit tenir l’appareil pendant toute la journée et chaque gramme de poids compte. »

Moteurs optimaux pour les cisailles
L’entreprise basée à Bologne, dans le nord de l’Italie, a donc décidé de développer une paire de cisailles qui simplifie le travail du viticulteur à tous les égards. Le moteur est le composant crucial, mais pas seulement en ce qui concerne son poids. « L’entraînement doit avoir un couple élevé tandis que le poids est réduit au minimum », explique Christian Lucini de FAULHABER MINIMOTOR, responsable du projet. « Il doit aussi travailler à grande vitesse afin d’effectuer les coupes le plus rapidement possible. En raison de la nature start-stop de ce travail avec des changements de charge constants, les cisailles doivent également fournir une force sans échauffement tout en minimisant la consommation d’énergie et en maximisant le temps de fonctionnement. ».

Campagnola a effectué une série de tests comparant les mécanismes d’entraînement de différents fabricants sur la base de ces critères. « Le 2657 CR DC-micromotor de FAULHABER a clairement gagné les comparaisons », se souvient Patrizio Pellicanò. « Avec seulement 156 grammes pour le moteur, l’ensemble du système d’entraînement pèse 80 grammes de moins que les autres combinaisons de motoréducteurs. De plus, un rendement élevé combiné à une faible consommation d’énergie permet une durée d’utilisation de dix heures par charge, ce qui correspond à une durée de vie de la batterie de 20 % supérieure à celle des produits concurrents ».

L’option la plus légère
Le modèle Pony est la paire de cisailles la plus légère que Campagnola offre et l’un des modèles les plus légers du marché. Il peut effectuer jusqu’à 70 coupes par minute et peut être utilisé aussi bien automatiquement que manuellement. En mode automatique, les lames de coupe se ferment complètement dès que le doigt appuie sur la gâchette. En mode manuel, les lames de coupe s’adaptent aux mouvements des doigts, ce qui signifie que le moteur réagit très précisément et que la puissance de sortie doit être ajustée exactement au mouvement. Le moteur C.C. gère cette coordination fine avec des couleurs volantes. Les cisailles protègent également les fils d’entraînement. Si des fils sont détectés entre les lames de coupe, les cisailles cessent automatiquement de couper.

Un compte-coupage, qui enregistre également les temps de fonctionnement, permet de suivre en détail les mouvements de coupe et permet à l’opérateur de respecter les intervalles d’entretien. Campagnola recommande une révision des cisailles après 400 000 coupes. « Les appareils fonctionnent en permanence lors de la taille des vignes et des arbres fruitiers, en particulier dans les grandes entreprises », explique Patrizio Pellicanò. « En plus de cette charge constante, les cisailles doivent pouvoir travailler pendant quatre ou cinq ans sans problème. Le micromoteur C.C. de FAULHABER a fait ses preuves avec ses caractéristiques et sa grande fiabilité en fonctionnement continu. Nous avons fait le bon choix. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *